Contenu principal

Baisse des coûts hospitaliers stationnaires

En 2018, les coûts du domaine hospitalier stationnaire ont légèrement baissé à 18,7 milliards de francs (-0,2%) en Suisse.

Comme le montrent les statistiques hospitalières de l’Office fédéral de la statistique, 12% de la population, soit environ un million de personnes, ont été hospitalisées en stationnaire. Dans l’ensemble, il s’agit du même nombre de cas que l’année précédente (1,4 million), et le nombre de jours de traitement a connu une réduction de 11,6 à 11,5 millions. Quant aux coûts ambulatoires, ils ont augmenté de 3,0% à 8,1 milliards de francs par rapport à l’année précédente. En effet, 4,1 millions de patients ont été traités en ambulatoire dans un hôpital suisse, ce qui correspond à une hausse de 2,6%.

Ces chiffres indiquent que le transfert des traitements du stationnaire vers l’ambulatoire ne cesse de progresser. Or, cette évolution est réjouissante, car les traitements ambulatoires sont généralement moins coûteux qu’en stationnaire, ce qui permet de réduire durablement les coûts de la santé. Problème: les coûts ambulatoires pèsent sur les assurés, ces derniers devant être pris intégralement en charge par les caisses-maladie et, en conséquence, par les assurés, ce qui engendre des hausses de primes à court ou moyen terme. À l’inverse, les coûts stationnaires sont assumés conjointement par les assureurs et les cantons.

La solution est un financement uniforme des prestations ambulatoires et stationnaires, ou EFAS, par l’intermédiaire duquel les cantons doivent également participer aux coûts ambulatoires. Grâce à EFAS, tout le monde bénéficierait des contributions cantonales, que le traitement soit prodigué en ambulatoire ou en stationnaire. Entre-temps, le Conseil national a d’ailleurs adopté le projet, et le Conseil des États se doit désormais de faire avancer cette importante réforme afin de décharger les assurés et les contribuables.

Patrik Hasler-Olbrych
Responsable Marketing & Communication
Tél. 056 461 71 11